RED STAR ORCHESTRA — OFFICIAL WEBSITE
LE RED STAR ORCHESTRA — OFFICIAL WEBSITE

Article(s) archivé(s) de la catégorie Presse

Jazz Magazine

[PRESSE — Octobre 2016 ]

> Jazz Magazine
http://www.jazzmagazine.com/nancy-jazz-pulsations-red-star-orchestra-thomas-de-pourquery-julien-lourau-and-the-groove-retrievers/Nancy Jazz Pulsations : Red Star Orchestra,Thomas de Pourquery, Julien Lourau & The Groove Retrievers
par Katia Touré
« D’emblée, il me faut parler de Thomas de Pourquery et du Red Star Orchestra. Impossible de faire l’impasse sur un show aussi ovniesque. »

L’Est Républicain

[PRESSE — Octobre 2016 ]

> L’Est Républicain
Diaporama Red Star Orchestra feat. Thomas de Pourquery @ Nancy Jazz Pulsations 2016Diaporama : NANCY JAZZ PULSATIONS : RED STAR ORCHESTRA FEAT. THOMAS DE POUQUERY AU CHAPITEAU

 

Froggydelight.com

[PRESSE — Octobre 2016 ]

> froggydelight.com

« Comme disait très justement Hugues Panassié : « un orchestre, pour donner satisfaction absolue, doit avoir trois qualités principales : perfection des exécutions d’ensemble, grands solistes et au moins un grand arrangeur ». Le Red Star Orchestra possède indéniablement ses trois qualités. »

Star Orchestra, press, big band, Thomas de Pourquery, Johane Myran, RSO

Jazz Magazine — « Révélation ! »

[PRESSE — avril 2016]

> Jazz Magazine

Le Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery, Jazz Magazine

« À Banlieues bleues, du jazz d’hier à la façon d’aujourd’hui »

[PRESSE — mars 2016]

> Le Monde

Le Monde, chronique live banlieues bleues, red star orchestra featuring Thomas de Pourquery, 2016« Voix de crooner »

« […] Celui du Red Star Orchestra, lui, est sorti vendredi 4 mars et produit par Label bleu, la maison de disques de la Maison de la culture d’Amiens. Son titre : Broadways. Huit standards joués dans la manière orchestrale du big band avec les trois pupitres de vents, soit cinq saxophonistes, quatre trombonistes et quatre trompettistes. Avec le trio rythmico-mélodique, piano, contrebasse et batterie et en petit plus un guitariste. Tout le disque est joué mais pas dans le même ordre, avec au rappel Summertime, tiré de l’ouvrage lyrique Porgy and Bess, musique de George Gershwin, livret d’Ira Gershwin et DuBose Heyward.

La voix, au disque et à la scène, est celle de Thomas de Pourquery. S’il aime jouer avec dans d’autres contextes, pour ce Broadways, il reste assez classique, en crooner ou chanteur de blues. Les arrangements du chef d’orchestre Johane Myran sont tout aussi dans la tradition, en connaissance de l’histoire du jazz. Avec toutefois de subtils décalages, des trouvailles, bien dosées. Night and Day, de Cole Poter, par exemple le plus souvent joué sur tempo lent ou moyen et ambiance brumeuse, qui se prend des échappées rumba cha-cha. L’entrée bruitiste dans Speak Low (Ogden Nash/Kurt Weill), une rage colérique pour accentuer le tragique You Don’t Know What love Is (tu ne sais pas ce qu’est l’amour), ballade un peu crémeuse de Don Raye et Gene de Paul. Du jazz d’hier, oui, mais plus actuel et au présent que bien des supposées modernités. »

Les Inrocks – « 10 albums de jazz actuels à écouter de toute urgence »

[PRESSE — mars 2016]

> Les Inrocks

Les Inrocks, chronique de disuqe, Broadways, Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery, Label Bleu« De l’introspection d’Avishai Cohen au psychédélisme d’Esperanza Spalding, en passant par la voix d’ange de l’imposant Thomas de Pourquery, une affriolante sélection de disques pour célébrer l’actualité du jazz. »

« Les musiciens confirmés n’aiment pas toujours revenir aux standards, ces grilles d’accords sur lesquelles ils ont sué durant leur apprentissage et qui ont si souvent été enregistrées qu’on pourrait en croire la magie tarie. Ce n’est pas le cas de Thomas de Pourquery, qui ne voit en eux “que des caresses”. Délaissant le saxophone, le crooner à voix d’ange et barbe de trappeur s’en remet aux arrangements sidérants de Johane Myran pour réinventer, en compagnie du Red Star Orchestra, un « Broadways » à la fois moderne et mythique, déconstruit à la manière iconoclaste d’un Mingus mais éclaboussant le bitume des mêmes lumières enchanteresses et cruelles qu’autrefois. Le live d’un album aussi réussi est à ne pas rater. Prenez donc date, le 18 mars à Saint-Ouen, dans le cadre du festival Banlieues Bleues, et pour en savoir plus sur Thomas de Pourquery, ne manquez pas le portrait  que nous lui consacrons dans le prochain numéro des Inrocks. »

 

Jazz Around— « une voix de crooner dans un écrin instrumental sophistiqué »

[PRESSE — mars 2016]

> Jazz Around

Jazz Around, chronique d'album, Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery, Broadways, Label Bleu« Une voix de crooner dans un écrin instrumental sophistiqué »

Claude Loxhay

 

Culture Jazz — « Essai transformé »

[PRESSE — mars 2016]

> Culture Jazz

Culture Jazz, chronique de disque, Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery, Broadways« Un essai transformé »

« Quand un big-band qui a le nom d’un club de rugby recrute un crooner ex-rugbyman de haut-niveau ça nous donne une équipe qui a tout pour gagner ! Écoutez ça et vous constaterez que ces gars-là risquent fort de brûler la pelouse. Un essai transformé qui les envoie parader sur « Broadway(s) » dont ils donnent une vision plurielle. Johane Myran (le chef) et Thomas de Pourquery (le crooner) se connaissent bien et depuis longtemps (les bancs du CNSMP) : pas étonnant que ces retrouvailles prennnent un air de fête !

> Label Bleu – LBLC6719 / L’Autre Distribution

 

« Thomas de Pourquery, étoile du Red Star »

[PRESSE — mars 2016]

> La Terrasse — N°241 — 1er mars 2016

RSO+thomas-de-pourquery-SYLVAINGRIPOIX« En marge de ses velléités pop, le saxophoniste Thomas de Pourquery, devenu chanteur interprète sublimé par les arrangements du Red Star Orchestra, propose un florilège de standards de jazz éternels, entre faconde lyrique et démesure swing.

Classique dans son orchestration mais pas dans ses inspirations, ce grand orchestre de dix-sept musiciens fut fondé par l’arrangeur et homme de l’ombre des studios Johane Myran, qui a fait un bout de route avec la chanteuse Olivia Ruiz, et a trempé aussi dans des aventures plus underground avec d’anciens condisciples de la classe de jazz du Conservatoire National Supérieur de Paris, où l’un de ses camarades de jeu n’était autre que Thomas de Pourquery.

Un Sinatra destroy

De l’idée de consacrer leur collaboration « à faire un album de grands standards », le saxophoniste, qui se métamorphose régulièrement en chanteur polymorphe depuis une décennie et ses folles échappées avec la fanfare Rigolus, dit qu’elle lui est venue « tout de suite », « pour le simple et pur bonheur de chanter ces chefs-d’œuvre ». Loin de traquer la chanson rare ou l’air oublié, les deux compères ont délibérément fait le choix de grands classiques : You Don’t Know What Love Is, Night and Day ou encore Speak Low, immortalisés par les plus grandes voix du jazz et de la variété américaine. Endossant l’habit classieux et dramatique d’un Sinatra destroy, avec ce qu’il faut de vibrato aguicheur et de graves profonds, de Pourquery fait sien ce répertoire rétro, porté par des arrangements au cordeau selon la grande tradition du genre par moments savamment dévoyée. Broad Ways en deux mots, car ils ont vu large. »

Vincent Bessières

 

Jazz News — « Indispensable »

[PRESSE — février 2016]

> Jazz News n°49

Jazz News, chronique d'album, Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery, février 2016, album Broadways« Un disque incontournable en ce début d’année »

Jazz News numero 49 critique Broadways Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery 2016 big band

 

Page 1 sur 212

BOOKING

Didier Granet / DUNOSE
06 14 23 39 06
www.dunose.com / info@dunose.com

PRESSE

Valérie Mauge
06 15 09 18 48
mauge.valerie@gmail.com

Photos

Photos Red Star Orchestra
© Myriam Drosne
© Marion Moulin
Photo Thomas de Pourquery
© Sylvain Gripoix